On nous pose souvent la question au Centre de chirurgie bariatrique (zfbc) : après une opération bariatrique (chirurgie de l’obésité comme le bypass gastrique ou l’estomac artificiel), combien de temps dois-je commencer à faire de l’exercice ou du sport, à quelle fréquence, et quel sport puis-je réellement pratiquer ?

Pourquoi avons-nous besoin du sport ?

L’exercice physique actif sert à maintenir et à développer la musculature. Ce qui était autrefois obtenu par le travail physique est aujourd’hui très limité dans de nombreuses professions sédentaires. La marche et la course permettent de renforcer l’appareil de soutien comme les articulations et les os et de stimuler la circulation sanguine. De plus, une activité physique régulière augmente la combustion des calories au repos et améliore la sensibilité à l’insuline. Un autre avantage de l’exercice actif est le raffermissement du tissu conjonctif. Globalement, le sport permet d’améliorer la santé à long terme et donc de trouver un équilibre dans la vie professionnelle et quotidienne. En fin de compte, une activité physique bien dosée, pratiquée avec la régularité recommandée, a également pour effet de prolonger la vie.

Du repos post-opératoire à l’activité

Après une opération de pontage gastrique ou de sleeve, il faut bien sûr attendre quelques jours avant de reprendre un programme sportif léger. Dans les premiers jours suivant l’intervention chirurgicale, l’accent est mis sur le traitement de la douleur et la cicatrisation des plaies après une chirurgie mini-invasive (chirurgie par trou de serrure). Dès que l’on retrouve sa mobilité, toujours après consultation du médecin traitant, il est alors possible de commencer assez rapidement (après 2 à 3 semaines) à pratiquer une activité physique.

Quel sport est recommandé ?

Quel sport : la natation ? Faire du vélo ? Faire du jogging ? Certains patients savent déjà quel sport ils veulent pratiquer. D’autres ont fait du sport par le passé, puis ont arrêté à cause de leur surpoids ou de leurs douleurs articulaires. Les personnes indécises devraient se décider à essayer 3 ou 4 choses différentes. Les sports extrêmes doivent toutefois être évités. Si l’on a des problèmes de santé, il faut exclure certains sports, le médecin traitant doit alors être là pour conseiller. Si l’on opte pour une salle de sport, il est recommandé de chercher un entraîneur expérimenté. Celui-ci répond de manière professionnelle aux questions concernant les exercices, les appareils ou les cours collectifs qui conviennent.

Les patients essaient volontiers les sports suivants : La danse Zumba, l’aqua-jogging ou l’aquagym, le vélo et l’entraînement de fitness. La fréquentation de la salle de sport est l’option la plus populaire. Ici, on combine la musculation et le sport d’endurance de manière équilibrée. Il est préférable d’y aller avec son partenaire, une amie ou avec des amis. Pour les patients présentant des limitations importantes, il est recommandé de commencer par la marche ou la marche modérée à rapide. C’est réalisable à tout moment, sans excuse, et personnalisable. Pour le vélo aussi, il est recommandé de se rendre au début dans une salle de fitness. C’est là que l’on peut certainement commencer à regagner de la force et de l’endurance afin d’être prêt pour les sorties à l’extérieur avec son propre vélo. C’est plus sûr et cela évite des dangers inutiles dans la circulation routière ou des chutes.

Encourager la motivation

Donc : d’une part, ne pas exagérer, d’autre part, commencer avec motivation ! Un démarrage précoce peut avoir une influence positive sur la récupération et la perte de poids. Le métabolisme est accéléré et on peut être plus performant, au quotidien, au travail et dans le sport. Mais écoutez toujours votre voix intérieure : N’en faites pas trop, une augmentation est toujours possible plus tard. En vous entraînant régulièrement, vous serez de plus en plus en forme. En consacrant plus de temps au sport, non seulement on dépense plus d’énergie, mais le corps s’habitue aussi à l’intensité accrue et on sera automatiquement plus performant.

En principe, l’objectif devrait être de progresser lentement. Cela permet de se rendre compte que les choses avancent. Vous remarquerez également dans votre vie quotidienne que vous êtes plus en forme et que vous pouvez à nouveau faire plus de choses. Associé à une alimentation saine et équilibrée, il permet d’atteindre à long terme un niveau de résistance plus élevé.

Sortir de la zone de confort

Que manque-t-il maintenant ? Il est important de sortir de la zone de confort. Il est difficile de faire le premier pas et de ne pas se scotcher au canapé après le travail. On se donne souvent l’excuse de ne pas avoir le temps mais de passer des heures devant la télévision. Ce temps peut être mieux utilisé. Il suffit d’en discuter avec son entourage.

Il serait bon, par exemple, de faire 3 à 4 fois du sport par semaine, pendant environ 150 minutes au total. Il ne faut pas se pousser à la limite maximale réalisable, mais de temps en temps, une séance intensive permet de progresser, associée à la libération d’hormones du bonheur. Vous vous sentirez alors satisfait et à l’aise. Des courbatures occasionnelles ne font rien, elles disparaissent au bout de quelques jours. Amuse-toi bien en faisant du sport !

Au Centre de chirurgie bariatrique (www.zfbc.ch), nous sommes à vos côtés pour vous conseiller si vous avez des questions sur le moment où vous pouvez commencer à pratiquer tel ou tel sport ? N’hésitez pas à nous demander. Nous sommes également prêts à répondre à vos questions dans le cabinet swiss1chirurgie de la société bernoise de chirurgie viscérale Steffen AG, partenaire chirurgical du zfbc. Les chirurgiens spécialisés du cabinet swiss1chirurgie vous diront, lors d’un entretien personnel, ce qui peut être fait après l’opération dans un cas concret.